Une bien curieuse ligne polonaise en écartement russe : qui l’a construite ?

Une très curieuse ligne de chemin de fer en écartement russe de 1524 mm (devenu 1520 mm notons-le) existe sur le territoire polonais, et vient d’être remise sous les feux de la rampe de la cruelle actualité et de la tragédie ukrainiennes actuelles, puisque des trains de voyageurs transportant des réfugiés ukrainiens circulent sur cette ligne et pénètrent profondément en Pologne depuis le 2 mars 2022.

Le réseau ferroviaire polonais est, rappelons-le, en écartement standard UIC de 1435 mm, celui de toute l’Europe, sauf (voir le tableau en fin d’article) pour la péninsule ibérique (1688 mm) et l’Irlande (1600 mm), et les Pays Baltes et la Finlande restés en écartement russe de 1524 mm pour avoir été des parties de l’empire russe.

En trait rouge : la ligne dite du « LHS » en écartement russe, pénétrant en Pologne.

Mais pourquoi une ligne en écartement russe en Pologne ?

La différence d’écartement des rails pour l’empire russe avait été, selon certaines sources, souhaitée par le tsar Nicolas Ier en 1842 par crainte d’une invasion occidentale (peu probable, certes, mais on peut ne pas oublier les incursions napoléoniennes …) tandis que d’autres sources mentionnent une simple erreur d’écriture (possible pour quiconque connaît la bureaucratie russe) et d’autres, encore, comme sur ce site-web « Trainconsultant », préfèrent le fait exact que cet écartement de 5 pieds 3 pouces (1524 mm) est bien le choix du conseiller américain George Washington Whistler, officier du génie, qui le propose au Tsar de toutes les Russies parce qu’il en a déjà la pratique aux Etats-Unis. Whistler se heurte aux experts du Tsar qui, eux, proposent un écartement de 6 pieds (1829 mm) pour des raisons de dimensionnement des locomotives, écartement dans lequel la ligne de Tsarskoïe-Selo bien été réalisée pour un temps. Whistler l’emportera, prestige américain oblige… (voir l’article consacré aux chemins de fer russes sur ce site).

Une ligne de trop sur le réseau polonais ?

Pas du tout. Les  polonais nomment cette voie ferrée la ligne LHS (« la ligne large de la métallurgie » en initiales polonaises). Elle est longue de 395 km, pour sa partie située sur le territoire polonais, elle pénètre en Pologne par la ville frontalière de Hrubieszow, elle traverse tout le pays d’est en ouest et se termine à Slawków en Haute-Silésie. Sa construction est liée à la politique industrielle soviétique de l’après-guerre, créée en 1976 par le « CBS i PKB » (bureau central d’étude, de conception et de construction des chemins de fer de Varsovie).

Tout est lié à la création de Huta Katowice, la gigantesque installation sidérurgique située à Dabrowa Górnicza, nécessitant l’importation d’une immense forte quantité de minerai de fer provenant de Kryvyi, en Ukraine. Le transport du minerai a bien démarré par la ligne classique de Medyka, Przemysl et Tarnow qui se révèle rapidement incapable de faire face à une telle circulation.

En tous cas, une ligne bien polonaise et non russe.

D’après l’historien Frédéric Durand, dans « De la discontinuité à l’interconnexion : réseaux ferrés, frontières et construction métropolitaine en Haute-Silésie » paru dans  « L’Espace géographique 2009/4 » (Volume 38, pages 317 à 327), c’est bien le réseau polonais des  PKP qui envisage alors deux plans d’aménagement.

Le premier plan consiste en une modernisation des installations fixes existantes, le second propose  la construction d’une nouvelle ligne, en prolongement du réseau russe  et supprimant la rupture de charge à la frontière. Les dirigeants polonais communistes choisissent le deuxième plan. Les minerais ukrainiens et russes arriveront  donc par train, via la ligne polonaise dite « LHS », dès la fin des années 1970.  Ils sont déchargés en arrivant à la gare de Slawkow en Haute-Silésie (en Pologne), puis transportés par un convoyeur industriel vers Huta Katowice.

Wagon tombereau russe à 8 essieux et 4 bogies, 125 tonnes de charge; destiné au transport des minerais. Ils ont pu circuler sur le HMS.

Petit tableau des écartements larges en Europe.

Ces écartements sont donnés par les revues ferroviaires d’époque (RGCF, Locomotive Magazine, etc) avec les mesures anglaises correspondantes qui, souvent, les ont fondées :

1445 mm (4 ft 8 7⁄8 in) : écartement normal de 1435 mm (4 ft 8 1/2 in) mais légèrement élargi.

1524 mm and 1520 mm (5 ft 3 in) : écartement russe, finlandais et des pays baltes.

1600 mm (5 ft 3 in) : écartement irlandais (lui aussi donné comme étant de 5 pieds 3 pouces !)

1668 mm (5 ft 5 21⁄32 in), écartement espagnol et portugais.

2140 mm (7 ft 1⁄4 in) : écartement pratiqué par l’ingénieur Brunel en Angleterre et au Pays de Galles.

3000 mm (9 ft 10 1⁄8 in) : écartement dit « Breitspurbahn » prévu par l’Allemagne nazie pour un réseau européen à très grand gabarit.

NB. Pour les écartements dans le monde, voir l’article paru sur ce site « Trainconsultant » : https://wp.me/paDLEo-1Qt

1 réflexion sur « Une bien curieuse ligne polonaise en écartement russe : qui l’a construite ? »

  1. Les frontières existent sur le terrain et ne sont pas que dans la tête..

    J’aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close